Les pesticides au quotidien
 


Les pesticides sont aujourd’hui mis au banc des accusés. Reconnus coupables d’atteintes à la santé publique, ces « serial killers » fabriqués par l’homme pour tuer les espèces animales et végétales dites « indésirables », attaquent sans discernement hommes, femmes et enfants …
 



Les modes de contamination


On pourrait comparer les risques de contamination par les pesticides à ceux du tabac, avec une contamination « active » ou directe et une contamination dite « passive ».
 

La contamination active touche essentiellement les applicateurs, soit par une exposition régulière, soit par des expositions ponctuelles qui peuvent être, à fortes doses, mortelles. En France, les utilisateurs professionnels représentent plus de 1,1 million de personnes (1,03 million d’agriculteurs, maraîchers, horticulteurs … et environ 71 500 agents d’entretien des collectivités territoriales).
Les utilisateurs occasionnels sont encore plus nombreux. Parmi eux les jardiniers amateurs représentent potentiellement plus de 37,2 millions de personnes.

La contamination passive, elle, est plus insidieuse. Elle touche l’ensemble de la population, à son insu. Tout un chacun se trouve fatalement exposé aux pesticides, via l’alimentation et l’environnement, aussi bien en zone agricole qu’en zone non agricole.

 

 

Des sources d’exposition multiples


Elles passent par 3 voies de contamination :
 



Les effets des pesticides sur la santé


Parmi les différentes atteintes à la santé des français liées aux risques environnementaux, les pesticides sont fortement impliqués.


Ainsi, le Plan National Santé dresse un bilan alarmant :
 

Certains pesticides sont incriminés dans l’apparition de maladies chroniques : maux de tête, irritations, allergies… D’autres peuvent provoquer des malformations du fœtus, perturber le système hormonal, affaiblir notre immunité … D’autres encore favorisent le développement de cancers.

Ces effets peuvent être aggravés et multipliés lorsque des pesticides différents sont utilisés en même temps ou lorsqu’ils sont associés à d’autres produits toxiques. Certains adjuvants (additifs) entrant dans la composition des pesticides, tels que des solvants, des stabilisateurs, peuvent aussi créer des cocktails très toxiques.

 

Deux modes d’intoxication aux conséquences bien différentes
 

Les intoxications aigües, provoquées par des contaminations massives souvent accidentelles entraînant l’apparition d’effets immédiats. Chaque année dans le monde 1 million d’empoisonnements graves, dont 220 000 décès, sont recensés par l’OMS. En France la MSA, après enquête, a détecté des troubles aigus chez près d’1 utilisateur professionnel sur 6.
Chez l’adulte, ont trouve des troubles digestifs, neurologiques, respiratoires, cardiaques et neuromusculaires.

Les intoxications chroniques, dues à des expositions prolongées et régulières aux pesticides souvent à faible dose, entraînent des atteintes profondes et durables à l’ensemble de l’organisme. Des études scientifiques démontrent les potentialités mutagène et cancérogène de certains pesticides. Parmi les risques les plus connus on peut pointer les problèmes de conception et de reproduction, et surtout l’augmentation de certains types de cancers (prostate, testicules, cerveau…), notamment chez les agriculteurs et leurs familles.

 

Suite :
 

Les impacts sur la biodiversité

 





Liens utiles :

 

 

Agriculture de demain

 

Données européennes sur la contamination des fruits et légumes (2006)