Les chiffres clés

 

Il existe de par le monde 900 matières actives différentes entrant dans la composition de près de 100 000 spécialités commerciales autorisées à la vente. Entre 15 et 20 nouvelles molécules sont créées chaque année.

 

En France, ce sont environ 520 substances actives homologuées qui entrent dans la composition de près de 3000 produits agricoles, et 115 environ dans la fabrication de pesticides « autorisés aux jardins amateurs » et utilisés par les collectivités.

 

Les pesticides les plus utilisés sont les désherbants. La molécule la plus vendue comme désherbant et la plus utilisée dans le monde est le glyphosate.

 

 

Un état des lieux inquiétant !

 

Les quantités de pesticides utilisées dans le monde ont régulièrement augmenté depuis 60 ans. Si leur tonnage a diminué cette dernière décennie, il est à noter qu'à dose ou poids égal, aujourd'hui, les molécules chimiques utilisées sont plus puissantes et de ce fait moins diluées, donc potentiellement plus dangereuses.

 

Avec 78 600 tonnes vendues en 2008, la France détient toujours la triste place de premier consommateur européen de pesticides et la quatrième place mondiale derrière les Etats-Unis, le Japon et le Brésil.

 

En 2008, les ventes de pesticides représentent 2 milliards d’euros de bénéfices pour les industries phytopharmaceutiques productrices de pesticides.

 

Par ailleurs, le Grenelle de l'Environnement a retenu comme objectif, dans le cadre du plan Ecophyto 2018, une réduction de 50% des quantités de pesticides utilisés, d'ici à 2018.

 

En 2007 la France a été menacée par la commission européenne d'être condamnée, à défaut de prendre les mesures nécessaires, à une amende de 28 millions d’euros pour non respect des règles européennes en matière de pesticides. Il est urgent d’agir !

 

Et en Limousin :

 

L’évaluation de la contamination des eaux superficielle qui alimente une Banque Nationale de Données sur l’Eau (BNDE), montre que sur les 35 points de suivi, si la moitié environ rentre dans les normes de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau, certaines stations présentent des concentrations élevées en pesticide à l’origine de déclassements notables.

 

Ces pollutions, en partie d’origine agricole, sont amplifiées dans certains secteurs sensibles, comme sur la Gartempe, par des traitements en ZNA (Zones Non Agricoles) principalement liés à l’entretien des espaces publics par les collectivités.

 

 

Suite :

Pesticides et santé publique

Pesticides au quotidien

Les impacts sur la biodiversité

 





Liens utiles :

 

 

Sites Internet :

 

aujardin.info

 

Ministère de l'écologie, du Développement Durable, du transport et des logements

 

équiterre